mercredi 29 mars 2017
Breaking News
Accueil > Tous les articles > Récits de voyage > Débrief #1 : l’Argentine, une série de bandes annonces sur grand écran…
Débrief #1 : l’Argentine, une série de bandes annonces sur grand écran…

Débrief #1 : l’Argentine, une série de bandes annonces sur grand écran…

Cela fait maintenant déjà 1 mois que nous sommes sur les routes d’Argentine ! Le débrief, ce sont nos pensées concentrées en quelques paragraphes afin de partager avec vous un petit bout de notre voyage autour du monde. Le débrief, c’est aussi une spéciale dédicace pour Adeline ;-). Ce début de voyage a été à la fois une phase de lancement et de rodage. On apprend à voyager en gérant notre temps (et notre budget) différemment et parfois à vivre au jour le jour…

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Les premiers jours des « vacances », on a toujours une petite période de stress ou plutôt d’appréhension. Et bien cela n’a pas manqué dès notre arrivée à Sao Paulo puis en Argentine. Ce qui nous semblait si familier après avoir lu guides et blogs, est en fait l’inconnu qu’il faut apprivoiser.

Laurent incognito

La méfiance est de rigueur (surtout en Amérique Latine) et on essaye de passer incognito. On vérifie nos cadenas au moins 10 fois avant de quitter l’aéroport de Sao Paulo et d’aller dans cette immense jungle urbaine. Tout le monde semble un peu louche : le gars trop sapé qui nous reluque car on a sûrement une dégaine à faire pâlir tous les fashionistas de la planète, l’alcolo qui hère dans les rues et essaye de nous gratter quelques pesos… On cherche même du regard, les bandes de pick pocket du métro parisien car elles, on les connait !

Avec une famille argentine

Les premiers jours passés, on ne réfléchit plus pareil. C’est le baromètre du feeling et du pragmatisme qui prime. C’est agréable l’inconnu, la découverte et les échanges avec les argentins qui sont des gens très gentils et bavards (surtout quand il s’agit de nous parler de politique et du peso) !

On a donc rapidement abandonné l’idée de voyager 14h avec notre sac à dos sur les genoux car ici on ne déconne pas avec le porteur de bagage qui ouvre / ferme les soutes des bus. Il n’y a pas non plus de petit passager infiltré dans les soutes pour te faire les poches. C’est peut être dans un autre pays d’Amérique Latine qu’il faudra vraiment se méfier. On surveille cela de très près.

Autre signe chez les DD qui montre que l’atmosphère se détend et qu’on se sent bien : on a tendance à goûter ce qui nous semble bon… Il fallait bien que l’on vous parle de « comida » dès le début sinon cela aurait été louche non ? Un ceviche dans un restaurant péruvien de Buenos Aires (poisson cru mariné), des salades fraîches (au dessus de la Patagonie, il fait 35°C et les ragouts ne nous font pas saliver avec cette chaleur), des fruits, des empanadas et bien évidemment de la bonne viande bien grillée… Mention spéciale pour le boudin noir frais qui fond dans la bouche. Un régal ! En Argentine, on peut tout goûter car l’eau est potable. Voilà qui fait notre affaire ou du moins pour l’instant ;-)

on goute...

L’Argentine, une série de bandes annonces sur grand écran…

Ce début de voyage est marqué par l’immensité de l’Argentine d’autant plus que nous avons fait le choix de parcourir de grandes distances pour voir du pays. Conséquence directe : nous avons décidé de prolonger notre séjour en Argentine et de grignoter sur le Chili. Au bout de 4 semaines, nous sommes seulement au bout du monde et nous allons commencer notre migration vers le nord dans quelques jours.

Il nous a semblé difficile de passer à côté de certains paysages qui ont l’air grandioses, de certaines ambiances gauchesques ou coloniales ou bien encore de rater la capitale qui comme toujours est un petit pays dans le pays (c’est d’autant plus vrai que Buenos Aires est une ville autonome). « Voyager en Argentine seulement un mois, c’est un peu comme regarder des bandes annonces au ciné » comme dirait Petit Hergé que nous avons rencontré. On prend les meilleurs passages pour peut être y revenir un jour mais il est trop tôt pour le dire !

le confort des bus argentins

D’iguaçu à Ushuaia, la route est longue… Heureusement que les bus sont plus confortables que la première classe de la SNCF car ici, quand on fait un trajet, on en a pour minimum 12h ! Pour vous donner une idée plus concrète, quand on fait un trajet en bus de nuit, on traverse la France à chaque fois. Cela nécessite donc un peu plus d’organisation car nous voulons optimiser nos déplacements et nos dépenses. Un bon bus de nuit avec Stewart, petit plateau repas et mauvais film qui nous braille dans les oreilles, c’est quand même mémorable.

De ce que nous avons vu pour l’instant (les chutes d’Iguaçu, Buenos Aires, Tigre, San Antonio de Areco, Péninsule Valdés et ses alentours, El Chalten, El Calafate et Ushuaia), on peut dire qu’il y a de belles choses à voir (il faut bien lever la tête à Buenos Aires pour son architecture), des petits coins de paradis comme à Tigre, des coins paisibles où l’on se demande si le temps ne s’est pas arrêté (San Antonio de Areco) et certains paysages sont grandioses et magnifiques (Iguaçu, les environs de la Péninsule Valdés, les randos du côté d’El Chalten et d’El Calafate).

voyage-argentine-chutes-iguacu-006

S’organiser, profiter et vous raconter

checkins argentine

Bien que nous voyageons à long terme, nous avons l’impression que le temps nous manque. Il nous est parfois difficile de tout concilier : organiser notre quotidien, trier nos photographies, rédiger nos articles et les publier ! Nous essayons de faire cela au fil de l’eau. Nous collectionnons les brouillons d’articles (et les enregistrements sur le petit magnéto) afin de ne pas perdre nos pensées et les restituer le plus justement possible. Les articles ne seront donc pas en direct live. En revanche, nous essayerons de toujours mettre à jour nos check ins afin que vous sachiez où nous sommes !

Ciao comme disent les argentins,

A propos de Cydsimba

Dynamique, pro active et curieuse, j'ai eu la chance de vivre à l’étranger pendant de nombreuses années ! L'envie de partir faire ce tour du monde trottait dans ma tête depuis trop longtemps ;-)

3 commentaires

  1. Salut,
    Debrief#1, je suis pas trop à la bourre pour vous suivre:)
    Cool que vous vous fassiez à l’Argentine et réciproquement.
    Le factory tour, ça commence quand ?

    ++

  2. Merci pour ce débrief, on a presque l’impression d’être avec vous !! 🙂 Lol pour l’orga, paradoxal mais c’est clair qu’en tour du monde on est OVER! 😉 en attendant de vous lire, des bisous !!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Pour recevoir notre newsletter

Inscrivez vous maintenant !

Suivez nos aventures autour du monde, recevez nos e-cards et découvrez les savoir-faire "Made in Bout du Monde". A très bientôt,
Cyrielle & Laurent